Les mots de Claude

Salut la Cie,

Claude Monnoyeur, bel homme de théâtre et qui dirige les affaires culturelles à Provins, a été l’un des premiers à lire ma pièce « Suivant les pointillés ». Depuis le début, il s’est penché sur le berceau de ce projet et l’a soutenu de toute sa grande force. Hier, le jeudi 7 janvier, il était invité, avec quelques autres, à découvrir notre sortie de résidence – j’y reviendrai dans un prochain article – et il a laissé ces mots ce matin. Cela me touche, cela nous touche dans l’équipe de lire ceci aujourd’hui.

Je vous les partage, en guise d’amuse-bouche, en attendant qu’un jour, les salles de théâtre rouvrent…


« Suivant les pointillés… » Lilian Lloyd

Nous nous sommes installés dans les fauteuils du Théâtre André-Malraux de Sarcelles et le noir s’est fondu sur nous comme autant de promesses espérées et d’attentes divines, enfin…L’ambiance musicale prégnante, nous a immédiatement immergés dans l’univers de Lilian Lloyd, si singulier, frêle, chaleureux autant que mystérieux…

Et nous avons plongé…Les projecteurs ont fait leur office et les quelques silhouettes de comédiennes et de comédiens se sont pointées là devant nous, comme une évidence, un salut, une apparition.

Le détail immédiat qu’il nous a fallu découvrir, ce sont les sourires, les regards, des uns et des autres, des uns vers les autres, la petite tape sur le genou, l’œil qui frise vers l’autre et qui veux lui dire : « On y est, on y va, et nous sommes heureux d’en être ».

Le même sourire, chez chacun et chez tous, le même regard affectueux qui à ce moment précis était saisissant, on a pu se dire alors, « Là c’est sûr, on est bien ! ».

Nous sous sommes vus, tous ensemble, au milieu d’un Ring, sur un décor suggéré, bien présent, mais comme effacé pour mieux encore laisser libre la parole, l’échange et le discours.Tout est sobriété ou semble l’être, un tabouret par-ci, un banc par-là, un bar qui apparait, il y a peu, mais il y a « bien », et l’illusion des lieux et des espaces est à la fois délimité sans qu’aucun n’y soit cloisonné… encore une fois… la parole est donnée.

La distribution et égale, très forte et égale, c’est ce qui fait la force d’un projet construit, l’égalité de traitement dans le travail de chacun et de la chance de tous ; le message est clair, il donne l’impulsion à deux situations (et c’est sans doute l’intelligence de cette pièce), à deux situations principales et non à une seule. Nous suivons alors deux personnages qui vont aller de leurs solitudes en turpitudes et de leurs turpitudes en espoirs, de désillusions en rédemptions.

L’écriture est ciselée, claire, nette, la mise en scène fluide et la direction d’acteurs exigeante.Ce qui fait que nous passons une heure quarante sur notre assise, sans nous en apercevoir, de jardin à cour, et de cour à jardin, de l‘un à l’autre des personnages dans un tourbillon sensible et doux, comme la dégustation d’un breuvage amère mais sucré et salvateur.

Il y a du David Lynch chez Lloyd à moins que cela soit du Tarantino, et puis allez une dose de Woody Allen doit y être présente…même si ce n’est pas que dans la scène du cinéma…Il y a de la jubilation, renforcée par le fait que deux comédiens jouent tous les autres rôles et se buttent à l’axe central des personnages de Clive et de Rosie… l’élégance vient de leur engagement à tous, l’oxygène aussi, car on y respire leur interprétation.C’est une belle comédie romantique qui nous exprime des vérités sur notre monde, ses difficultés, ses errances, ses violences, pour finir par ses effleurements et ses sourires.

Longue vie à ce projet et à ses « élégants »…


Auteur : Lilian Lloyd

Auteur, metteur en scène, scénariste, comédien, compositeur pas encore mort (1973-2000 et des poussières)

Un commentaire

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.