L’homme Tordu – 10

 » Je me surprends à me surprendre. Je regarde autour de moi et je crois que je comprends tout, mais tant que je ne le verbalise pas, c’est comme si je ne le saisissais pas. Lorsqu’enfin une synapse libère l’hormone adéquate et que tout me paraît plus clair, je me surprends. Tout comme je me surprends à croire des gens pas croyables, à aimer au-delà de mon raisonnable, à être un garçon qui s’use les doigts à vouloir devenir un homme pour [te] plaire. Je me surprends à dire un manque qui a ton image. Et si ça arrive tard, ce n’est pas de ma faute, souviens-toi, c’est la synapse qui a du retard. « 

Auteur : Lilian Lloyd

Auteur, metteur en scène, scénariste, comédien, compositeur pas encore mort (1973-2000 et des poussières)

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.